Aller au contenu

Nus et sympatiques

  • par

Pourquoi les nudistes sont-ils des gens si sympathiques ?

Vous souvenez-vous de votre première impression des nudistes ?

Il y a de fortes chances que ce soit quelque chose comme « un groupe de personnes nues se cachant derrière une énorme clôture faisant des choses que le reste du monde ne devrait pas voir ».

Mais qu’en est-il de votre première impression d’eux au moment où vous êtes vous-même devenu nudiste ?

Le mot « détendu » peut venir à l’esprit ou « poli » ou « connecté ». Et probablement aussi « amical ».

Nous n’avons jamais rencontré quelqu’un revenant de sa première expérience de nudité en disant « Ces nudistes, quelle bande d’idiots égocentriques ».

Pourquoi donc?

Le nudisme est-il vraiment un club secret de bonnes personnes ?

Ou le nudisme est-il un cadeau réservé aux bonnes personnes ?

Ou est-ce que les gens deviennent réellement bons en étant nus ?

Retrouver ses racines sociales

La vie privée est un gros problème ces jours-ci et si vous suivez les nouvelles, vous pourriez très facilement devenir paranoïaque. Big Brother regarde partout. Le gouvernement met des caméras à chaque coin de rue, le FBI met votre téléphone sur écoute, Facebook sait quels sites Web vous visitez et Google lit vos e-mails. C’est effrayant, on le sait.

Nos grands-parents nous disent que tout était différent dans le passé.

Mais était-ce vraiment ?

Leurs voisins ont vu tout ce qui se passait autour de leur maison.

Le barman connaissait la consommation d’alcool de chacun, le propriétaire de l’épicerie savait qui achetait les trucs chers et le bibliothécaire savait qui lisait les livres « interdits ».

Le facteur savait qui écrivait des lettres d’amour à qui et le prêtre savait pour qui cela fonctionnait réellement.

Et d’une manière ou d’une autre, tout s’est mis en place chez le coiffeur.

Tout le monde savait tout sur tout le monde.

Pourquoi était-ce moins effrayant ?

Parce que les gens savaient qui savait. Ce n’était pas un œil noir dans le ciel mais c’était Valerie d’à côté et Fred, vous savez Frédéric, le fils de la nièce de la seconde épouse de l’oncle François.

Et c’était bien qu’ils savaient, parce qu’ils étaient des nôtres.

Nous n’étions pas que des individus. Nous étions Nous, une communauté, un village.

Maintenant, nous ne voulons pas que les nudistes sonnent à l’ancienne, mais vous ne pouvez pas ignorer les similitudes. Les mêmes similitudes que nous retrouvons également avec les tribus d’Afrique ou d’Amérique du Sud ou partout où un petit groupe de personnes vit ensemble et se fait confiance.

La vie privée perd son sens lorsque vous vous exposez pleinement l’un à l’autre.

Quand tout le monde vous a vu nu, plus besoin de se cacher derrière des vêtements, d’avoir une porte à votre douche ou d’inventer des histoires pour vous faire paraître important.

Connectez-vous

La meilleure façon de se faire des amis est de trouver un intérêt commun. En tant qu’enfant c’est facile, tu aimes le basket ou le ballet ou le saxophone, tu vas dans un club et tu te fais des amis. Période.

Lorsque vous grandissez, ce processus devient plus difficile. Être le petit nouveau est douloureux à l’adolescence et ça ne s’améliore pas beaucoup à l’âge adulte.

Vous commencez au bas de l’échelle et vous devez savoir à qui embrasser les fesses pour être accepté. Si nous étions des singes, c’est toi qui cueille les mouches des autres.

Chez les nudistes, c’est différent, il ne semble pas y avoir d’échelle sociale. Il n’y a pas de « nudiste supérieur » qui décide qui peut rejoindre le club et qui se moquera de lui.

L’un des piliers du nudisme est l’égalité et tous ceux qui rejoignent le groupe sont au même niveau que les autres.

Lorsque vous avez l’air perdu, les gens viendront vers vous et vous demanderont s’ils peuvent vous aider.

Vous serez accueilli avec un sourire et un hochement de tête, souvent avec un « bonjour » ou « comment ça va » et de temps en temps vous vous retrouverez en conversation pendant des heures avec une nudiste que vous n’avez jamais rencontrée auparavant.

Nous contre le monde

Nous, les nudistes, sommes une minorité.

Nous sommes une minorité avec des lois contre nous, avec des gens qui nous disent que notre façon de vivre est mauvaise, contraire à l’éthique ou perverse.

Et aussi triste que cela puisse être, cela crée un lien.

Pensez à votre réaction quand quelqu’un vous dit qu’il est aussi joueur de tennis. Vous direz « Oh, cool, peut-être qu’on pourra jouer ensemble un jour ».

Mais quand vous découvrez que quelqu’un est aussi nudiste, c’est plutôt « oh my Gooooooood ! Sérieusement? C’est génial! Nous ne savions pas ! Oh mon Dieu! Vraiment? C’est trop cool! ». Bon, on exagère peut-être un peu, mais vous avez bien compris ? Soudain, quelqu’un dont on pensait qu’il venait du monde du textile, est devenu l’un des nôtres.

Mais où cela va-t-il ?

Avec la nudité publique, en particulier en Europe, de plus en plus acceptée. Nous quittons nos colonies nudistes et nos plages désignées pour un parc du centre de Paris ou un restaurant du centre-ville de Londres. Nous roulons à vélo dans toutes les grandes villes dans le buff et nous obtenons de plus en plus de reconnaissance.

Le monde commence à nous accepter, il commence à s’ouvrir et de plus en plus de gens font le premier pas.

Et si nous devenions le monde ?
Serons-nous capables de garder notre identité nudiste ?
N’allons-nous pas nous perdre dans l’individualisme ?
Seront nous toujours Nous ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 - 
Dutch
 - 
nl
English
 - 
en
French
 - 
fr
German
 - 
de
Italian
 - 
it
Portuguese
 - 
pt
Spanish
 - 
es