Aller au contenu

Nos activités et visites sur Basse-Terre

  • par

Le maison du Cacao

Nous avons découvert ce petit coin très sympathique après avoir payé le droit d’entrée (10 euros par personne) qui inclut donc la visite du jardin de la maison du Cacao (que l’on fait seuls) d’une durée d’une 1/2 heure et surtout la partie dégustation et présentation de la transformation du cacao.

Nous partons donc à la découverte de la cacaoyère sans trop savoir à quoi s’attendre, et nous avons été agréablement surpris par la découverte des lieux. On y retrouve une petite balade sympathique grâce à un parcours pavé au beau milieu d’une belle végétation, et bien sûr, des cacaoyers. Mais l’intérêt de la balade réside aussi dans le côté ludique des lieux. Plusieurs panneaux sont installés dans le jardin avec des questions/réponses, des devinettes et plusieurs descriptions historiques.

Nous terminons rapidement le tour du jardin et nous nous installons pour la présentation. Celle-ci est très intéressante et l’homme qui présentait nous explique toute la transformation du cacao depuis la cabosse (le fruit du cacaoyer) qui contient les graines jusqu’à l’obtention du produit final, le chocolat.

  • Planter le cacaoyer : c’est évident mais c’est la première étape !
  • Le cabossage : on laisse mûrir la cabosse environ 6 mois, qui sera récoltée puis brisée pour extraire les graines/fèves de cacao,
  • Fermentation : on va disposer les fèves de cacao dans un lieu afin que l’arôme du cacao puisse se développer. Cette étape peut durer entre 5 et 7 jours,
  • Séchage : on va maintenant étaler les graines de cacao au soleil entre 10 et 20 jours. C’est durant cette étape que les fèves vont commencer à brunir.
  • Triage : une fois sèches, les graines sont triées, nettoyées, et on enlèvera les graines mal fermentées et les corps étrangers. À ce stade, les graines peuvent être vendues,
  • Torréfaction : c’est la première étape pour transformer les fèves de cacao en chocolat. On va ici faire griller les fèves entre 120 et 150° pour relever leur arôme durant un temps plus ou moins long selon l’arôme que l’on désire. C’est l’étape clé qui pourra garantir un chocolat de qualité.
  • Concassage : une fois grillées, les graines sont concassées pour séparer la coque (la cosse) de la fève. On obtient ce qu’on appelle dans le jargon “le grué”, c’est-à-dire des petits éclats de 2 à 3 mm de cacao.
  • Broyage : on va maintenant broyer le grué pour obtenir cette fameuse “pâte de cacao”,
  • Malaxage : c’est à cette étape que l’on va ajouter du sucre à la pâte de cacao (appelée aussi “masse de cacao”). On obtient alors une pâte homogène.
  • Conchage : c’est une étape clé également. Cela permet d’extraire la matière grasse par pressage avec une meule. L’étape peut durer de plusieurs heures à plusieurs jours et permet d’éliminer l’amertume du chocolat,
  • Tempérage : c’est l’étape permettant d’uniformiser la matière grasse du chocolat en le chauffant et le refroidissant plusieurs fois.
  • Moulage : c’est la dernière étape, qui consiste à mouler le chocolat dans les récipients que l’on souhaite.

On nous explique ça de manière simple et plutôt facile à comprendre. Toujours est-il que vient le moment tant attendu par beaucoup : la dégustation. La dame nous fera goûter plusieurs étapes du chocolat, de la graine au cacao très amer, en passant par différents goûts de chocolat. On aura même le droit à un chocolat à l’eau !

Le Jardin Boranique de Deshaie

Ce parc, qui était l’ancienne propriété de Coluche, s’étend sur un peu plus de 5 hectares et est un véritable appel au vagabondage avec ses allées chatoyantes. Tous nos sens ont été stimulés grâce aux couleurs éclatantes, aux senteurs envoutantes, mais aussi aux sons des oiseaux qui nous ont accompagnés pendant notre visite.

La plage de Malendure

Située au nord de Bouillante, en face des îlets Pigeons, la plage Malendure à une dizaine de kilomètres de notre gite sur Basse-Terre évoque à son nom le passé douloureux de la région. Longtemps la plage fut en effet un lieu de transit des marchandises de contrebande, mais aussi et surtout un lieu de débarquement de clandestins. Elle arbore un sable noir volcanique et, même si elle semble peu accueillante au premier abord, elle fait partie des sites les plus touristiques de la région.

Au-delà de son histoire fascinante, Malendure est aussi un site de plongée exceptionnel. Il ne nous faudra parcourir que quelques dizaines de mètres dans une eau à 29°C pour atteindre l’un des plus beaux sites de plongée de l’île, la Réserve Cousteau. C’est ici que nous avons pris nos palmes, masques et tuba pour aller nager avec des tortues marines, des coraux multicolores et des poissons tropicaux. Volià quel était le programme:

Le Jardin Japonais

La nurserie des poissons au pied des falaises volcaniques et des anciennes coulées de lave.

Les Îlets Pigeon

Au coeur de la Réserve Cousteau. Site le plus riche en coraux et poissons coralliens.

Le Jardin des Tortues

Observation des tortues vertes dans un paysage d’herbiers sous-marins et de sable volcanique.

La plage de Malendure a été la promesse d’une journée enivrante, entre détente et découvertes, dans l’un des décors marins les plus fascinants de la Guadeloupe. Nath est revenue avec de jolis coups de soleil sur les fesses !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 - 
Dutch
 - 
nl
English
 - 
en
French
 - 
fr
German
 - 
de
Italian
 - 
it
Portuguese
 - 
pt
Spanish
 - 
es
error: Contenu protégé !!